Malakoff Médéric - Avec Vous Bien-être

Bien-être

Le rire, un élixir de santé ?

Évacuer le stress, diminuer la tension artérielle, renforcer le système immunitaire, réduire la douleur… S’il existait un tel médicament miracle, nul doute que nous aurions tous envie de nous le faire prescrire. Bonne nouvelle : cette « potion magique » est disponible sans ordonnance puisqu’il s’agit d’un réflexe inné que nous connaissons bien : le rire.

Des bienfaits cliniquement constatés

La science n’a pas encore prouvé que le rire pouvait à lui seul guérir, mais ses bienfaits sur la santé, tant morale que physique, intéressent de plus en plus de chercheurs. En 2014, une très sérieuse étude norvégienne, effectuée sur 53 000 participants, a démontré que faire marcher ses zygomatiques permettait d’augmenter son espérance de vie de 20%, soit 7 ans en moyenne(1) !

Concrètement, les bénéfices du rire - ou du sourire - sont nombreux :

  • Moins de stress
    Le rire favorise la bonne oxygénation du cerveau et la détente de tous nos muscles, ce qui nous amène à un état naturellement plus apaisé.

    Mieux encore : quand nous rions, l’hypothalamus sécrète des endorphines.
    Ces neurotransmetteurs véhiculent une sensation de relaxation et contribuent à réduire la production d’adrénaline et de cortisol, communément surnommé l’hormone du stress.
    • Une tension artérielle réduite
      En améliorant la circulation du sang dans tout le corps, le rire diminue le risque de formation de caillots et diminue la tension artérielle au bout de quelques minutes.
      • Un système immunitaire dopé
        Il est prouvé que les émotions négatives (colère, anxiété…) affaiblissent le système immunitaire et réduisent par conséquent sa résistance aux infections.

        Le rire provoque une augmentation du taux d’anticorps dans l’organisme - notamment au niveau du nez et des voies respiratoires - qui améliorerait nettement la résistance aux maladies cardiovasculaires, aux migraines, aux dépressions, aux insomnies… et même à certains cancers.
        • Une résistance accrue à la douleur
          La production d’endorphines agit sur l’organisme un peu comme de la morphine, « distrayant » le cerveau et permettant de gérer plus facilement les épisodes douloureux.
          • Une activité physique à peu de frais
            Sentez votre corps lors d’un bon fou-rire : les abdos et les muscles du dos se réveillent, le diaphragme et le système respiratoire travaillent. Même les jambes participent un peu au mouvement ! Idéal pour faire bouger son corps sans y penser, notamment pour les personnes les moins valides.
            • Un booster de lien social
              Quoi de plus communicatif que le rire ? Quoi de plus attirant qu’une personne qui sourit ? S’offrir une pause-détente, la partager avec d’autres, booste la confiance en soi et aide à créer du lien avec son entourage.

              En temps de crise, de repli sur soi volontaire ou de solitude forcée, le rire et le bien-être qu’il procure peuvent être un véritable vecteur d’ouverture sociale.

            « Le rire est le propre de l’homme » écrivait Rabelais(2)

            Une maxime d’autant plus avérée pour le « petit d’homme » puisqu’un enfant rit en moyenne 300 à 400 fois par jour… contre 20 fois par jour en moyenne pour un adulte !
            Et si on prenait de nouvelles habitudes, en nous « entraînant » à sourire ou rire un peu plus chaque jour ? Un peu comme si l’on débutait une activité physique en douceur, jusqu’à ne plus pouvoir nous passer des exercices qui nous aident à réinvestir notre corps.

            C’est scientifiquement prouvé : le cerveau ne fait pas la différence entre un sourire ou un rire simulé et son jumeau spontané. Dans les deux cas, les bienfaits physiologiques et psychologiques sont les mêmes.

            Faites le test : devant votre miroir, commencez la journée par un sourire, à vous seul(e) adressé. Puis sortez-vous promener en souriant, pour les autres ou pour vous-même. Petit à petit, sans efforts, vous constaterez que l’instant présent s’envisage sous un angle plus agréable.

            La thérapie par le rire

            Elles se nomment rigologie, rigolothérapie, yoga du rire ou sophrologie ludique, entre bien d’autres. Un peu partout dans le monde, le développement des techniques psychocorporelles destinées à stimuler la joie de vivre connaît un essor croissant.

            Dans ces clubs, le but n’est pas de rire à tout prix, mais d’encourager ses émotions positives, selon ses limites et sans jugement, pour parvenir à un mieux-être psychologique.
            Outre la pratique en club, la thérapie par le rire est de plus en plus utilisée dans les hôpitaux.

            Quelques adresses en France :

            - Le Yoga du Rire, né de l’idée originale du Dr Madan Kataria, qui a lancé son premier club de rire en Inde en 1995.
            yoga-du-rire-observatoire.info

            - L’Ecole Internationale du Rire, fondée en 2002 par Corinne Cossero.
            ecolederire.org

            - Le Rire Médecin, dont les clowns professionnels redonnent aux enfants hospitalisés le goût de jouer et de rire pour mieux faire face à la maladie. leriremedecin.asso.fr


            Une chose est sûre : si rire peut permettre de rester en bonne santé plus longtemps, il n’y a pas un instant à perdre pour mettre la machine en route. Bons rires à tous !

            > voir la vidéo : youtube.com/watch?v=qym-RMGP1gM

            (1) Etude parue dans l’International Journal of Psychiatry in Medicine. Source : seniorenforme.com.
            (2) Dans la préface de son Gargantua (1534).